Radeba

Świat okiem kibica

The World Seen With  A Football Fan's Eye

River Plate Buenos Aires

10.03.2013 PRIMERA DIVISION 2012/2013
River Plate Buenos Aires - Colon Santa Fe 2:1

En me rendant au stade, j’avais comme un doute : l’Argentine et l’Uruguay venaient de changer d’heure la nuit précédente et je n’étais pas sûr de voir le match en entier ou seulement la seconde mi-temps. C’est la première éventualité qui fut la bonne et je dois dire que je m’en souviendrai longtemps. Malgré le niveau relativement modeste de l’équipe invitée (ce qui revenait à opposer des dollars à des « picaillons » car, qui en Europe a entendu parler de Colon Santa Fe ?), l’atmosphère dans le stade avait quelque chose d’unique et c’est un vrai défi que de vouloir la décrire. Quelques deux mille personnes rassemblées réagissent spontanément à presque chaque passe et une décision défavorable à l’équipe de River Plate est considérée comme un affront personnel à l’équipe et à ses supporters. Il faut être présent dans le stade A. Vespucio Libert pour comprendre le sens de cette expression, pour le moins un euphémisme : « en Amérique Latine, le sport est une religion ».
Sans vouloir faire de psychanalyse clinique, on a l’impression que, pendant toute la durée du match (plusieurs heures si on compte le match et ses à-côtés), plus rien d’autre au monde n’a d’importance. Les supporters possèdent un répertoire de chants impressionnant et on dirait que les gars s’entraînent tous dans les jours dans une vraie chorale. Au fait, je parle de gars mais ce n’est pas entièrement vrai car il y avait dans le public pas mal de représentantes du « beau sexe », pas seulement accompagnatrices des supporters mâles mais en tant que groupes indépendants de nénettes entre elles. 
Le héros des supporters est, sans nul doute, David Trézéguet,35 ans, ancien joueur de la sélection française qui a gagné la coupe du monde en 98 et qui a passé pas moins de 10 ans à la Juve. Il est le capitaine de River Plate et son meneur de jeu inspiré. Il a conquis le cœur et l’âme des supporters tout de suite après avoir décidé de rejoindre l’équipe qui venait d’être reléguée, pour la première fois dans son histoire, en Prim B Nacional, l’équivalent de la seconde division. Non seulement Trézéguet a contribué au retour de l’équipe en première division au terme d’une seule saison, mais il est aussi devenu l’incarnation de l’équipe et son point de référence. On dit même que, quand sa compagne a voulu renter en Europe, Trézéguet a résisté au chantage au divorce et a décidé de rester à Buenos Aires, devenant ainsi sur le champ la légende vivante du club.
Après les ovations lors de l’entrée de l’équipe sur le terrain, le public a observé une minute de silence (probablement en hommage au Président du Vénézuela décédé quelques jours plus tôt), qui fut suivie immédiatement par la première attaque de River Plate. Le score s’est ouvert à la douzième minute par…surprise, surprise…Trézéguet, qui a profité d’une certaine fébrilité de l’équipe invitée dans sa zone de pénalty. Le second but ( de Poncio) survint 20 mns plus tard et il semblait alors que Colon allait être écrasé. Ils parvinrent à faire face vaillamment jusqu’à la fin de la première mi-temps et c’est complétement transformés qu’ils firent leur retour sur le terrain après la mi-temps : le but marqué un quart d’heure avant le coup de sifflet final fut le fruit de la détermination, de la cohérence et du courage qu’ils avaient montrés au cours du match. River Plate n’étant pas en mesure de marquer à nouveau pour rétablir la situation, l’entraîneur décida donc de préserver le score : il fit sortir Trézéguet et demanda à ses joueurs de se concentrer sur une défense appuyée à l’occasion par des attaques rapides. Colon s’en tirait fort bien, même dans cette configuration de jeu et l’équipe prit bientôt le contrôle total du match. Le public eut des frissons à plusieurs occasions où on frôla le match nul et l’équipe invitée rata l’occasion qui lui fut offerte par les 4 mns d’arrêt de jeu .
Nous dûmes attendre ensuite 45 mns pour permettre aux 4/5ooo supporters de Colon d’évacuer leur secteur en bon ordre et de rentrer à Santa Fe.
J’ai pris un taxi à quelques centaines de mètres du stade : le chauffeur, qui portait un maillot du River Plate, sembla ravi (je me suis peut-être trompé puisque je ne parle pas espagnol) d’apprendre que quelqu’un était venu d’Europe pour voir jouer son équipe favorite. Il ne m’a, malgré tout, pas fait de rabais !